LXRV PHOTOS CONCEPT VOITURE CROSSOVER ASTON MARTIN DBX GENEVE 2015 SUV LUXE
Le concept tout électrique DBX imaginé par l'équipe de Marek Reichman, directeur de création, préfigure un futur modèle de grand tourisme à la fois pratique, familial, écologique et plus accessible. Une date a été avancée, 2019, pour renouer avec un nombre record de livraisons, au-delà des 7.000 unités. Le réseau commercial compte aujourd'hui 155 concessions dans 45 pays. (© Aston Martin 2015)

Aston Martin DBX : un crossover dans l’art du possible

GAYDON, 26 MARS 2015, LXRV – Début du mois de mars, au salon de Genève, le nouveau patron de la firme de Gaydon depuis 150 jours, Andy Palmer, dévoile le concept car d’un crossover électrique 4 places couleur de perle noire chromée (Black Pearl Chromium) : l’Aston Martin DBX. Les lettres DB correspondent aux initiales de David Brown, propriétaire de la marque de 1947 à 1972, caution du caractère sportif de chacun des modèles produits par le constructeur britannique. Le X signifie transmission intégrale.

LXRV PHOTO ANDY PALMER CROSSOVER ASTON MARTIN DBX GENEVE 2015 SUV LUXECe que ne dit pas le sigle, Andy Palmer le développe volontiers : « ce concept n’est évidemment pas prêt à être lancé, mais il représente notre première déclaration d’intention concernant la façon dont le secteur des voitures Grand Tourisme devrait et, de notre point de vue, doit évoluer dans les années à venir. Ce n’est pas de la science fiction que de vouloir y réfléchir hors des conventions définies par ce segment. Je peux vous dire aujourd’hui que nous lancerons demain une voiture dans ce nouvel espace de la DBX, pas seulement stylé et luxueux, mais aussi plus pratique, familial et écologique. C’est notre vision de l’art du possible ».

En rupture avec l’adn de la marque, ce concept DBX d’une Aston Martin dotée d’un coffre à bagages supplémentaire sous le capot à la place d’un moteur V8 ou V12, peut en effet surprendre. Cependant, l’idée d’une GT surélevée à hayon offrant 4 vraies places, conçue pour un usage quotidien, est sans doute celle qui conditionne le plus l’avenir commercial du constructeur britannique dont le nombre de livraisons est retombé au niveau des 4.000 unités par an, loin des 7.000 exemplaires de 2007.

La stratégie décrite comme « totale » cherche de toute évidence à élargir l’audience en ciblant une nouvelle génération de clientèle fortunée, plus jeune et plus féminine, de plus en plus séduite par les modèles SUV et crossover. Un profil qui correspond exactement à celui des acheteurs dans les marchés émergents, en particulier la Chine. C’est dans ce pays que Porsche a livré en 2014 le plus grand nombre de SUV Cayenne (20.844 ex. sur 65.000) et de limousines 5 portes Panamera (9.250 ex).

Début janvier, Aston Martin a d’ailleurs annoncé avoir recruté l’ancien directeur des ventes puis responsable des relations publiques pour la Chine de la marque Porsche, Michael Mingshan Peng.

La firme de Gaydon entame donc son deuxième siècle d’existence par une révolution mentale, financièrement soutenue par ses actionnaires, Investment Dar of Kuwait et Investindustrial, qui vont réinjecter 150 millions de livres (203 millions d’euros) dans la société. Le groupe automobile Daimler, qui détient 5 % de la société Aston Martin Lagonda Ltd., se dit prêt lui aussi à participer à la prochaine génération de voitures en développant de nouveaux moteurs V8 ainsi qu’une plate-forme commune pour un modèle SUV.

Fin 2014, la marque a déjà ranimé sa prestigieuse signature Lagonda pour un nouveau modèle de limousine. D’abord réservée à la clientèle du Golfe, cette Aston Martin Taraf est désormais disponible sur les marchés européens. Au salon de Genève, Aston a également affirmé son positionnement sur le segment des supercars non homologuées pour la route avec un bolide Vulcan produit à 24 exemplaires seulement.

Avec son projet d’un nouveau modèle crossover, sans doute hybride, forcément sportif et luxueux, Aston Martin confirme qu’il veut se lancer dans la course des SUV haut de gamme. Les projets ne manquent pas du côté des concurrents tels que Rolls-Royce, Bentley, Jaguar, Maserati et peut-être Lamborghini, qui bénéficient tous de l’appui industriel de grands groupes.

Pour l’entreprise indépendante Aston Martin, la difficulté consiste surtout à concevoir un véhicule plus accessible, sans perdre cette âme si désirable et chère à l’élite des puristes et collectionneurs. La marque automobile préférée de l’agent James Bond 007 semble en tout cas bien décidée à lancer son Opération Crossover.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)