LXRV CHRISTIES MARCHÉ DE L'ART RECORD 2013 Three Studies of Lucian Freud Bacon
12 novembre 2013 : le triptyque « Three Studies of Lucian Freud » de Francis Bacon devient l’œuvre la plus chère du monde, adjugée 127 m$ par Christie's New York qui réussit aussi la plus belle vente aux enchères de tous les temps avec un total de 609 m$. Six mois plus tard, la même maison inscrit un nouveau record, historique : 745 m$ en 68 lots. (© Christie's 2014)

Cadence record du marché de l’art haut de gamme

PARIS, 25 SEPTEMBRE 2014, LXRV – Avec un montant d’adjudications arrêté à 12,05 milliards de dollars, volume historique en hausse de 13% par rapport à 2012, 2013 est « la meilleure année jamais enregistrée dans l’histoire des enchères », indique le président fondateur d’Artprice, Thierry Ehrmann, dans son dernier rapport d’analyse diffusé il y a quelques jours, réalisé à partir des résultats fournis par 4.500 sociétés de ventes dans le monde. Dans le top 10 de ces maisons, Christie’s et Sotheby’s tiennent 55 % du volume d’affaires global, contre 70 % en 2008, et six maisons chinoises réalisent un peu plus de 2 milliards de dollars.

La Chine reste donc leader pour la quatrième année consécutive avec des recettes en hausse de +21 % à 4,1 milliards de dollars contre 4 milliards aux États-Unis. Ces deux pays concentrent 70 % du marché, suivis par le Royaume-Uni (17,5 % ou 2,1 milliards), la France (4,5 %, 549 millions), l’Allemagne (1,7 %, 207 m$), la Suisse (1,3 %, 159 m$) et l’Italie (1 %, 110 m$).

New York s’impose cependant comme « le fief des meilleures enchères en occident, mais aussi dans le monde », avec 39 des 50 scores de l’année et une nuit historique, quand le total de la vente d’art d’après-guerre et contemporain de Christie’s New York a atteint les 609 millions de dollars le 12 novembre 2013. Une date également marquée par le montant record frappé pour « Three Studies of Lucian Freud » de Francis Bacon : 127 m$. Ce jour-là, Jeff Koons est aussi devenu l’artiste vivant le plus cher au monde avec les 52 m$ décrochés pour « Balloon Dog (Orange) ».

Sur la période des dix dernières années, les prix des œuvres d’art ont globalement augmenté de 80 %, indique Artprice. La flambée la plus spectaculaire (+185 %) est observée pour les dessins qui sont très demandés par les acheteurs chinois. Dans la catégorie des arts anciens, ce type de lots est aussi une réponse à la pénurie d’œuvres majeures sur toiles ou sur panneaux et représente aujourd’hui plus du tiers des ventes à travers le monde.

La peinture est « toujours le médium le plus cher et le plus convoité », représentant 37 % des lots vendus pour 54 % des recettes mondiales (soit 6,6 milliards de dollars) ainsi que la moitié du montant de 5,7 milliards générés par les recettes de l’art moderne. Les créateurs du XXe siècle considérés comme iconiques ou promus en tant que tels par les professionnels prescripteurs et les médias, sont notamment les nouvelles stars des salles. « Le Top 50 des enchères compte même une œuvre du XXIe siècle : The Last Supper (2001) de l’artiste chinois Zeng Fanzhi » soulignent les auteurs du rapport.

LXRV MARCHÉ DE LART RECORD CHRISTIES ANDY WARHOL Triple Elvis Four Marlons2013 est enfin l’année où Andy Warhol « vaut Picasso aux meilleurs niveaux de prix », grâce à son œuvre monumentale « Silver Car Crash (Double Disaster) » vendue plus de 105 m$ frais inclus, le 13 novembre 2013 chez Sotheby’s New York, soit 1 m$ de moins que le record de Pablo Picasso pour « Nude, Green Leaves and Bust » frappé le 4 mai 2010 par Christie’s New York. Le roi du pop art a généré 367 m$ de transactions dans les salles en 2013, devant Picasso (361 m$), Zhang Daqian (291,6 m$), Jean-Michel Basquiat (250 m$), Qi Baishi (230 m$), Francis Bacon (195,7 m$), Gerhard Richter (165,8 m$), Roy Lichtenstein (140,5 m$), Zao Wou-Ki (139,5 m$) et Claude Monet (137,6 m$). Les ventes d’œuvres signées par les membres de ce Top 10 ont atteint le montant de 2,2 milliards de dollars.

L’escalade constatée des prix n’est pas le symptôme d’une nouvelle bulle spéculative mais plutôt le signe que le marché de l’art haut de gamme repose « non plus sur une poignée d’acheteurs fortunés dont le retrait du jeu conduirait à un effondrement global » mais plutôt sur « un nombre grandissant d’acheteurs richissimes » conquis par ces hautes sphères, analyse Artprice, qui n’oublie pas de rappeler que le marché est d’abord « constitué à près de 80 % d’œuvres abordables pour moins de 5.000 dollars ».

LXRV MARCHÉ DE L'ART RECORD 2014 CHRISTIES JEFF KOONS JIM BEAM JB TURNER TRAIN 1986Sur la période du premier semestre de l’année 2014, les ventes aux enchères (hors frais) ont encore enregistré un montant record de 7,1 milliards de dollars, en progression de +17% par rapport aux six premiers mois de 2013, +275 % à l’échelle de la décennie. « De records en records, le marché de l’art haut de gamme poursuit sa cadence » constate par ailleurs Artprice, qui conclut : « Les investissements sont si massifs que rien, aujourd’hui, ne laisse présager un quelconque retournement de situation. »

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)