LXRV PHOTO CHANEL NUMERO 5 GISELE BUNDCHEN
La nouvelle incarnation du parfum « iconique » de la maison Chanel est aussi l'expression d'une double réussite éclatante outre-Atlantique : celle du premier top-modèle international, mais aussi et surtout première femme brésilienne, à devenir milliardaire en dollars. (Photo Patrick Demarchelier / © Chanel 2014)

Gisele Bündchen, égérie stratégique du Numéro 5 de Chanel

PARIS, 17 OCTOBRE 2014, LXRV – Le parfum emblématique Numéro 5 de Chanel est de retour sur pratiquement tous les écrans dans une nouvelle version hollywoodienne de son film publicitaire. Après Lauren Hutton, Ali Macgraw, Candice Bergen, Catherine Deneuve, Suzy Parker, Carole Bouquet, Nicole Kidman et Brad Pitt, le rôle principal est tenu cette fois par le top-modèle et actrice brésilienne Gisèle Bündchen, découverte en 1998 par le couturier Alexander McQueen. Le scénario fait partager quelques heures de la vie de l’égérie, tour à tour surfeuse, maman, mannequin, femme amoureuse… Chaque scène est soigneusement stylisée par la chef décoratrice quatre fois oscarisée Catherine Martin. La production sophistiquée, millimétrée, a été confiée au cinéaste Baz Luhrmann, déjà auteur d’un film pour le même produit il y a dix ans. On doit à ce couple de cinéastes australiens, marié depuis près de 20 ans, les longs métrages Romeo + Juliet, Moulin Rouge!, The Great Gatsby.

Le recours à des professionnels du cinéma habitués de la maison est le signe d’une prise de risque minimale par Chanel, numéro 3 mondial des marques de parfum devant celle du groupe LVMH, Christian Dior. Un marché de 45,1 milliards de dollars en 2013, théâtre d’une véritable « bataille de titans » selon l’une des consultantes de l’institut Euromonitor International, Nicole Tyrimou. « 2013 a marqué un tournant crucial quand J’Adore de Dior est devenue la fragrance féminine premium la plus vendue en Chine devant Numéro 5 » écrit-elle dans un blog. D’après ses observations, le parfum lancé par Gabrielle Chanel en 1921 conserve encore l’avantage dans la plupart des pays développés, même si J’Adore occupe déjà la place de leader en France, en Russie et en Belgique. Les prochaines batailles se livreront sur le front des pays émergents, en Chine bien sûr où Chanel a organisé plusieurs expositions d’envergure en 2013, mais aussi en Afrique du Sud, neuvième marché mondial, ou au Brésil qui enregistrera une forte croissance des ventes de fragrances d’ici 2018. Deux marchés stratégiques où sont justement nées chacune des deux égéries des parfums concurrents, Charlize Theron et Gisele Bündchen. Au mois de juillet, la Brésilienne était dans son pays d’origine pour présenter au public du stade Maracanã le trophée de la Coupe du Monde de la Fifa logé dans une valise réalisée sur mesure par Louis Vuitton.

Aux États-Unis, premier marché mondial des parfums féminins haut de gamme où le Numéro 5 représente la deuxième meilleure vente loin devant son concurrent, Gisele Bündchen est aussi le visage du rêve américain. La Brésilienne est mariée au quarterback star, Tom Brady, et fait preuve d’un sens des affaires inouï, reconnue depuis huit ans comme « le top-modèle le mieux payé de la planète » selon le magazine Forbes. Ses revenus annuels sont estimés à près de 50 millions de dollars grâce à ses différents contrats et licences, notamment celle des sandales Grendene.

Gisele femme d’affaires a aussi créé sa propre marque de lingerie, « Gisele Bundchen Brazilian Intimates », ainsi qu’une ligne de produits de beauté écologiques, Sejaa Pure Skincare, et commence à se diversifier dans l’immobilier avec un hôtel dans le sud du Brésil, une villa au Costa Rica, bientôt en Californie. Elle est enfin annoncée, toujours par Forbes, comme le premier top-modèle qui aura réussi à devenir milliardaire grâce à la transformation de son nom en marque commerciale. En recrutant Gisele Bündchen pour son Numéro 5, nul doute que Chanel a signé pour la place de numéro 1.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)