LXRV PHOTO BLACKADORE CAYE ILE LEONARDO DICAPRIO BELIZE
Une vue partielle de la petite terre entourée d'eaux caraïbes achetée en 2005 par Leonardo DiCaprio. Le projet hôtelier et le programme immobilier qui seront menés sur Blackadore Caye doivent servir à réparer l'île et lui rendre son état d'origine, promettent les partenaires de l'acteur américain. (Photo © restorativeislands.com)

L’île de Blackadore Caye revient dans l’actualité de l’immobilier

PARIS, 07 AVRIL 2015, LXRV – Leonardo DiCaprio a enfin trouvé les partenaires qui vont lui permettre de redonner vie à son île déserte de 42 ha nommée Blackadore Caye, achetée il y a dix ans dans les eaux caraïbes du Belize en Amérique centrale, indique un article signé Julie Satow et diffusé en ligne sur le site internet du New York Times dans la rubrique immobilier.

L’investissement d’un montant de 1,75 million de dollars avait été financé avec un associé, Jeff Gram, propriétaire d’une île-hôtel privée située dans la même région, Cayo Espanto. En 2005, Leonardo DiCaprio avait tout de suite signalé son intention de développer une infrastructure hôtelière haut de gamme et écologique sur Blackadore Caye. Sa forme allongée, étirée sur 3,5 km, était soulignée à l’époque comme un atout pour y construire une piste d’atterrissage.

Dix ans plus tard, l’idée d’un tarmac semble avoir été définitivement balayée par l’esprit holistique qui va souffler sur Cayo Sumba, l’ancien nom au XVIIe siècle de la DiCaprio Island.

Le complexe hôtelier qui va naître sur Blackadore Caye ne sera pas seulement luxueux et écologique, mais aussi reconstituant, fortifiant, régénérant, tant pour ses clients de passage que l’île en elle-même qui présente aujourd’hui tous les signes de fatigue de la terre ultramarine abandonnée : eaux surexploitées par les pêcheurs venus du continent, rivages érodés, mangrove abîmée…

Le futur nom commercial du projet traduit littéralement le concept : « Blackadore Caye, a Restorative Island ». Les promoteurs visent 2018 comme date d’ouverture.

Le projet va être mené avec Paul Scialla, ancien partenaire de la banque Goldman Sachs et patron de la compagnie Delos basée à New York, spécialisée dans le développement de programmes immobiliers centrés sur la santé et le bien-être des personnes. Celui du 66 East Eleventh Street dans Greenwich Village propose des appartements avec éclairage modulé selon les heures de la journée et poires de douche qui diffusent des doses de vitamine C.

Selon les informations du NYT, Leonardo DiCaprio est le propriétaire de l’un de ces lofts disponibles à la location. L’acteur figure aussi parmi les actionnaires de Delos et siège au conseil consultatif de la compagnie qui compte des représentants de cliniques spécialisées ainsi qu’un gourou du mieux-être par la méditation, Deepak Chopra.

« L’idée avec Blackadore Caye est d’aller au-delà de ce que signifie la durabilité. Nous ne voulons pas seulement réduire ou éliminer la notion d’impact sur l’environnement, nous souhaitons guérir l’île pour qu’elle aille mieux qu’avant » commente Paul Scialla. Sa société Restorative Islands va développer les infrastructures et une division de Devos, Restorative Hospitality, assurera la gestion, sans doute avec l’aide de son voisin Jeff Gram pour la partie hôtelière.

Les plans d’aménagement ont été confiés à l’architecte Jason F. McLennan, militant influent et emblématique du mouvement global en faveur d’une économie durable. Pour Blackadore Caye, il a imaginé une série de 68 villas sur pilotis disposées sur une plate-forme en arc de cercle sous laquelle prendront place des récifs artificiels. Des programmes de replantation de la mangrove et de culture de plantes marines destinées à nourrir les populations locales de lamantins sont annoncés. Une équipe de designers, scientifiques, ingénieurs et paysagistes, dont certains ont déjà passé 18 mois à étudier les lieux, surveilleront l’impact écologique du projet. À terme, l’île sera capable de produire son eau potable et son énergie. Pratiquement la moitié de sa surface sera déclarée protégée. Sur l’autre moitié, un programme immobilier de 48 villas seront vendues entre 5 et 15 millions de dollars.

LXRV PHOTO LEONARDO DICAPRIO ONU CHANGEMENT CLIMATIQUE ILE PRIVEE BLACKADORE CAYEPour Leonardo DiCaprio, le projet servira d’exemple et de repère aux futurs développements en milieux insulaires. Au mois de septembre, l’Organisation des nations unies a souligné « sa voix crédible du mouvement environnementaliste » en le nommant « Messager de la paix sur la question des changements climatiques ». À cette occasion, l’institution a aussi rappelé la création en 1998 de « la Fondation Leonardo DiCaprio » destinée à protéger les dernières zones sauvages de la planète.

Cinq ans plus tôt, c’est le réalisateur américain Francis Ford Coppola qui faisait déjà parler du Belize en y ouvrant un hôtel rustique et chic nommé Blancanaux Lodge.

L’Oscar du programme hôtelier eco-friendly revient cependant à l’acteur américain Marlon Brando qui a inspiré le projet portant son nom inauguré le 1er juillet dernier sur son atoll Tetiaroa, acheté dans les eaux de l’archipel de la Société en Polynésie française cinquante ans plus tôt. Hasard ou clin d’œil de Pâques, le parrain des acteurs hollywoodiens aménageurs de paradis est né un 3 avril, date de l’article du New York Times replongeant Blackadore Caye dans l’actualité.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)