MEGA-YACHT ILLUSION
Le futur méga-yacht « Illusion », actuellement en cours de construction aux chantiers Raffles dans la région du Shandong. Le design est signé Azure Naval à qui l'on doit les plans d'autres très grandes unités réputées comme Seven Seas, Alfa Nero, Cakewalk ou encore Anastasia. La décoration intérieure d'inspiration asiatique a été confiée à l'agence RSD et Sander Sinot, qui a déjà travaillé lui aussi sur des super-yachts célèbres tels que Musashi ou Fountainhead. Les aménagements intérieurs très spacieux des six ponts profitent de la largeur importante du bateau, 15,6 mètres. La propulsion sera assurée par des moteurs Rolls-Royce. Vitesse de croisière maximale annoncée : 17 nœuds. (© Fraser 2013)

La grande plaisance plein cap sur la Chine

MONACO, 7 MAI 2013, LXRV – Fraser Yachts, société de services spécialisée dans le secteur de la grande plaisance, filiale de Yachtique propriété du groupe italien Azimut – Benetti Group, a dévoilé fin mars le projet d’un méga yacht de 88 mètres baptisé « Illusion » actuellement assemblé en Chine aux chantiers Raffles dans la région du Shandong, confirmant l’intérêt soutenu de cette industrie pour les perspectives de croissance de ce pays. « Illusion ne sera soumis à aucune taxe d’importation s’il devait être acheté par un client chinois souhaitant s’en servir pour croiser dans les eaux nationales » souligne le communiqué. Une précision importante puisque le navire, qui sera livré en 2015, est mis à prix 88 millions de dollars.

L’an dernier, une autre marque italienne réputée de la grande plaisance, Ferretti, propriétaire des célèbres bateaux Riva, mais aussi Pershing, Bertram, Itama, Mochi Craft, sans oublier les chantiers spécialisés dans les maxi yachts Custom Line et les méga yachts CRN, avait fait parler d’elle en cédant 75% de son capital à Shandong Heavy Industry Group-Weichai Group. Le premier fabricant chinois de bulldozers, contrôlé par le gouvernement provincial du Shandong, a racheté les parts 178 millions d’euros. L’accord prévoyait aussi la restructuration de la dette à hauteur de 196 millions d’euros. L’opération d’un montant total de 374 millions d’euros, révélée au mois de janvier 2012, devait se traduire par l’ouverture d’une usine d’assemblage en Chine, dans cette même région du Shandong où se construit Illusion, mais cette fois à Qingdao, base navale importante et ville hôte des régates olympiques d’été en 2008. Le chantier naval sera surtout spécialisé dans la personnalisation des navires afin de les adapter aux goûts de la clientèle chinoise, selon les plans dévoilés par le président du groupe SHIGWeichai, Tan Xuguang. La stratégie de ce nouveau propriétaire communiste vise à introduire Ferretti à la bourse de Hong Kong dans cinq ans. Son patron italien, Ferruccio Rossi, se réjouit de son côté de pouvoir accéder « aux marchés émergents tels que la Chine, où le potentiel est le plus fort de la planète ». En 2011, son groupe n’avait enregistré que dix-sept commandes dans ce pays. D’après la Commission du commerce italien, seulement un riche chinois sur trois-cent-dix-huit est propriétaire aujourd’hui d’un bateau, contre un sur vingt-cinq à Hong Kong.

Cette année, le président de la filiale CRN, Lamberto Tacoli, était justement au salon annuel du luxe, le « Hainan Rendez-Vous », organisé du 30 mars au 2 avril en partenariat avec le Visun Royal Yacht Club à Sanya sur l’île tropicale de Hainan. Quels sont selon lui les marchés les plus prometteurs pour son secteur des méga yachts ? A cette question posée début avril par le Wall Street Journal, il répondait : « L’Afrique est le premier sujet en ce moment. Nous avons de fortes demandes en Angola, au Nigeria et en Afrique du Sud. Nous pensons que, dans dix ans, ce continent deviendra la nouvelle Chine. La Malaisie et Singapour en Asie sont également très prometteurs. Nous sommes confiants aussi concernant Hong Kong, Zhuhai et Shenzen. Mais en ce qui concerne la Chine, il faut être patient, y passer le temps qu’il faut avant d’obtenir des résultats ».

Le 26 avril, l’agence Bloomberg publiait à son tour un long article consacré au milliardaire Wang Dafu, 47 ans, promoteur du Visun Royal Yacht Club. Président du groupe immobilier Visun Group, il a fait fortune dans la construction d’appartements et de complexes hôteliers et consacre maintenant son temps à aménager des yacht-clubs. Depuis la suite de son Visun Royal Yacht Hotel, il peut garder un œil sur la marina de 216 anneaux qu’il a construit à Sanya Bay et où son bateau est amarré : un Pershing de 72 pieds acheté cinq millions de dollars en 2008 quand le groupe Ferretti était encore italien. L’entrepreneur va ouvrir un deuxième yacht-club de quatre-cents places à Shenzen fin 2013, et projette d’en construire trois autres dans les huit ans. C’est sans doute parce qu’il est un navigateur fortuné qu’il a compris que le marché ne pourrait décoller qu’à condition d’offrir les infrastructures haut de gamme adaptées aux exigences de la clientèle, placées dans un environnement privilégié et offrant tous les services en adéquation.

En 2012, la Chine comptait 251 milliardaires et 2,7 millions de millionnaires en dollars, d’après le rapport Hurun sur la richesse diffusé fin septembre 2012. Sept mois plus tard, son président et directeur de recherche, Rupert Hoogewerf, estime que le pays compte désormais cent mille millionnaires de plus et abrite 65400 super riches dont la fortune dépasse les 100 millions de Renmin Bi (RNB), soit douze millions d’euros. Pour l’heure, ils préfèrent investir dans les œuvres d’art, la joaillerie, la jade, le vin, les montres et 16% d’entre eux pensent affréter un jet privé dans les trois ans, d’après un autre rapport diffusé mi avril par le même institut sous le nom de « China Passion Investments White Paper 2013 ». Plus de la moitié d’entre eux ont également l’intention d’investir un jour dans un signe de richesse flottant.

D’après les chiffres qui nous ont été fournis par la firme Wealth-X basée à Singapour, spécialisée dans l’étude des personnes possédant un patrimoine supérieur à 30 millions de dollars (Ultra High Net Worth – UHNW), douze super yachts ont été vendus en 2012 en Chine sur les 270 unités commandées dans le monde. La flotte de super yachts chinois est estimée aujourd’hui à quelque quarante unités.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)