LXRV PHOTO AVION DAFFAIRES BOMBARDIER CHALLENGER 350
Doté des nouveaux moteurs Honeywell HTF7350, le biréacteur super intermédiaire Bombardier Challenger 350 offre une autonomie transcontinentale à pleine capacité de 5926 km permettant de relier Paris à Dubaï dans certaines conditions d’exploitation. Il peut atteindre Mach 0,82 ou 870 Km/h en vitesse de croisière élevée. Signe distinctif extérieur : ses nouvelles ailettes de bout d’aile inclinées étudiées pour une meilleures efficacité aérodynamique. (© Bombardier 2014)

L’avion d’affaires Bombardier Challenger 350 promis à un bel avenir

MONTRÉAL, 04 SEPTEMBRE 2014, LXRV – L’avion d’affaires Bombardier « Challenger 350 », qui a reçu hier l’homologation de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) après celle de la Federal Aviation Administration (États-Unis) et de Transports Canada au mois de juin, est un appareil « promis à un bel avenir » selon les représentants de son constructeur canadien. La notice commerciale du nouveau biréacteur de catégorie super intermédiaire traduit un optimisme sans faille de l’avionneur leader du marché mondial des business-jets alors que certains de ses autres programmes connaissent une série de revers depuis quelques mois. « Avec sa cabine de conception révolutionnaire, son rayon d’action allongé et les coûts d’exploitation directs les plus faibles de sa catégorie, (…) le Challenger 350 surpasse ses concurrents pour mériter les louanges de dirigeants, de pilotes et d’exploitants partout en offrant une performance supérieure, une fiabilité décisive et une valeur inégalée » peut-on lire. Le premier exemplaire a officiellement été livré fin juin à la société NetJets, premier opérateur mondial d’avions d’affaires privés, propriété du milliardaire américain Warren Buffet via son fonds d’investissement Berkshire Hathaway. « NetJets ajoutera huit de ces biréacteurs à sa flotte cette année » indiquait alors Bombardier Avions d’affaires. Dans le communiqué reçu hier par la rédaction de Luxe Revue, son président, Éric Martel, déclare que « la demande est très forte pour cet avion qui a fait ses débuts au salon aéronautique de Farnborough en juillet ».

LXRV PHOTOS AVION DAFFAIRES BOMBARDIER CHALLENGER 350Les prévisions du consultant aérien Richard Aboulafia confirment en effet le profil stratégique de ce modèle. Selon lui, le Challenger 350 sera produit à 557 unités entre 2014 et 2023, le plus grand nombre de tout le secteur sur cette période pour un volume estimé de chiffre d’affaires supérieur à 15 milliards de dollars, dans le top 10 des revenus générés par un business-jet lors de la prochaine décennie. Part de marché moyenne annoncée pour les dix ans à venir : 5,8%, devancée par un seul modèle dans sa classe, le Gulfstream G450.

LXRV PHOTO INTERIEUR AVION DAFFAIRES BOMBARDIER CHALLENGER 350

Bombardier Avions d’Affaires prévoit que cette catégorie des avions intermédiaires générera un total de 7650 livraisons de 2014 à 2033, soit 35 % de tout le secteur ou 37% des revenus globaux.

LXRV PHOTOS INTERIEUR AVION DAFFAIRES BOMBARDIER CHALLENGER 350Dans son document intitulé « Prévisions de marché 2014-2033 », le constructeur se dit confiant quant au « solide potentiel à long terme » de son activité, susceptible de bénéficier d’une croissance économique mondiale supérieure à 3%. Comme autre facteur de développement, l’avionneur note aussi « la richesse accrue générée par la population des personnes à très hauts revenus » qui représentent environ le tiers de l’ensemble du marché et souligne une flotte mondiale d’avions d’affaires âgée en moyenne de 16,6 ans à la fin 2013 et qui « continue de vieillir ». « Environ 3% de ces avions (435 unités) avaient plus de 40 ans, ce qui est considéré comme étant dans la fourchette d’âge type de retrait d’un avion du service » explique Bombardier qui estime à 4750 le nombre d’appareils qui seront retirés dans le monde entier entre 2014 et 2033, dont 70 % en Amérique du Nord.

Toujours selon le document prévisionnel, les livraisons d’avions d’affaires en 2014 seront « modestement en hausse comparativement à celles de 2013, avec un peu plus de 600 avions », et s’accéléreront ensuite.

Sur la période 2004-2013, 6125 appareils ont été livrés pour une valeur de 161 milliards de dollars. Bombardier estime à 9200 le nombre d’avions d’affaires légers, intermédiaires et à large fuselage qui seront livrés entre 2014 et 2023 pour une valeur de 264 milliards de dollars et à 12800 ce même nombre pour la décennie 2024-2033 pour un montant de 353 milliards, soit 22000 nouveaux avions d’affaires au cours des 20 prochaines années pour une facture globale de 617 milliards de dollars. Sur cette période, le plus fort taux de croissance annuel moyen des livraisons sera enregistré en Inde (13%), devant la Chine (11% avec Hong Kong, Macao et Taïwan), le Moyen-Orient (7%), l’Europe, les pays de l’Ex URSS et l’Asie Pacifique (6%), l’Amérique latine (3%), l’Afrique (5%) et l’Amérique du Nord (2%). L’industrie dépassera dès 2017 son niveau record de 2008. D’ici 2033, les constructeurs devraient livrer environ 1350 avions d’affaires annuellement.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)