Le niveau de fortune atteint un nouveau record selon le Rapport 2014 sur la richesse dans le monde

TORONTO, PARIS, 18 JUIN 2014 – Selon le Rapport 2014 sur la richesse dans le monde (WWR) publié aujourd’hui par Capgemini et RBC Wealth Management, grâce à la reprise de l’économie et du marché boursier, le nombre de fortunés dans le monde a augmenté de 1,76 million¹ en 2013, tandis que leur capacité d’investissement a connu une hausse de près de 14%, atteignant un niveau record de 52 620 milliards de dollars US. La hausse de 15% du nombre d’individus fortunés en 2013 est la plus forte depuis 2000, si l’on exclut la reprise de l’après-crise en 2009 (+17%).

L’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique restent en tête des géographies comprenant le plus grand nombre de fortunés en 2013, mais la progression de la seconde lui a permis de réduire son écart avec la première à moins de 10 000 personnes. Le nombre de fortunés en Amérique du Nord a atteint 4,33 millions, une hausse de 16%, tandis que l’Asie-Pacifique, avec une augmentation de 17%, atteint 4,32 millions d’individus fortunés. L’Amérique du Nord reste la région la plus riche du monde avec 14 880 milliards de dollars US et une croissance de 17% de la richesse des individus fortunés. Mais la croissance a été à nouveau plus rapide en Asie-Pacifique où la richesse des fortunés a augmenté de 18%, s’élevant à 14 200 milliards de dollars US. En Europe, le nombre d’individus fortunés a connu une hausse de 12% pour atteindre 3,83 millions, et leur richesse a augmenté de 14%, soit 12 390 milliards de dollars US — deux augmentations significatives par rapport aux deux années précédentes. Dans ce contexte mondial de forte croissance de la richesse, l’Amérique latine fait de nouveau figure d’exception du fait de la faible croissance du PIB et des difficultés du marché boursier. Le nombre de fortunés a seulement augmenté de 4% et la richesse de 2%.

Pour George Lewis, responsable du département Gestion de patrimoine et Assurance chez RBC « La forte hausse des marchés boursiers et la reprise de l’économie ont contribué à une croissance à deux chiffres à la fois du nombre de fortunés et de la richesse. Près de 40% de la richesse actuelle des fortunés a été créée durant les cinq dernières années seulement ».

Les fortunés se tournent davantage vers les investissements à l’étranger et les plus fortunés d’entre eux ont désormais pour objectif l’accroissement de leur richesse.

Selon l’Enquête sur les perspectives des fortunés dans le monde pour laquelle plus de 4 500 individus fortunés ont été interrogés, ces derniers ont davantage investi à l’étranger en début d’année 2014 par rapport à l’an dernier. Ils ont placé plus d’un tiers de leurs actifs (37%) en dehors de leur zone géographique, une hausse comparée aux 25% de l’an dernier. Bien que la part des actifs liquides reste forte (27%), celle des investissements alternatifs a augmenté de trois points par rapport à l’an dernier, représentant 13% des portefeuilles. Désormais, les individus les plus fortunés ont pour objectif de faire croître leur richesse (31% contre 18% l’an dernier), plutôt que de la préserver (28% contre 45% l’an dernier).

La confiance portée au secteur de la gestion de patrimoine est en hausse, mais les sociétés de gestion doivent évoluer pour répondre aux besoins des individus fortunés.

Le secteur de la gestion de patrimoine inspire davantage confiance aux fortunés. Les trois quarts d’entre eux ont déclaré début 2014 avoir « très confiance » en leurs gestionnaires de patrimoine, soit une hausse de 61% par rapport à l’année précédente. La confiance portée aux marchés boursiers et aux organismes de réglementation a, par ailleurs, augmenté, passant de 45 à 58% et de 40 à 56% respectivement. Les fortunés restent optimistes quant à leurs perspectives d’avenir : 77% d’entre eux pensent générer de la richesse à l’avenir.

Malgré une forte croissance de la richesse et des niveaux de confiance en hausse, les fortunés sont moins satisfaits de la performance de leurs gestionnaires de patrimoine que l’an dernier (63%, -3 points). La perte de confiance la plus conséquente s’est produite en Amérique du Nord (-7%), mais cette géographie conserve néanmoins le degré de confiance le plus élevé (77%), devant le Moyen-Orient/Afrique (69%), l’Asie-Pacifique (Japon exclu)5 (68%), l’Amérique latine (67%), l’Europe (59%), et le Japon (46%).

Concernant les besoins en matière de gestion de patrimoine, les individus fortunés privilégient les conseils de professionnels (34% contre 21% qui ne souhaitent pas de conseils), préfèrent travailler avec une seule société (41% contre 12% qui préfèrent plusieurs sociétés) et veulent des services personnalisés (29% contre 24% qui souhaitent des services standards). Si les individus fortunés continuent de donner la priorité au contact direct avec leur gestionnaire de patrimoine (30%) par rapport au numérique (26%), cette dernière prend de l’importance : deux tiers des individus fortunés s’attendent à ce que leur communication avec leur gestionnaire de patrimoine soit possible sous forme numérique d’ici cinq ans.

Selon Jean Lassignardie, Directeur des ventes et du marketing du Secteur Services Financiers monde de Capgemini : « Malgré un contexte de forte croissance et de confiance, les performances des gestionnaires de patrimoine satisfont moins les individus fortunés. Les sociétés de gestion de patrimoine sont ainsi incitées à personnaliser leur offre de service afin de mieux répondre aux besoins du client. Il s’agit notamment de fournir des prestations numériques qui vont au-delà de la simple présence digitale, afin d’offrir aux clients une expérience intégrée et homogène qui incorpore le numérique à tous les points de contact ».

Les individus fortunés cherchent à avoir un comportement socialement responsable
La grande majorité des individus fortunés (92%) considèrent important d’utiliser leur temps, leur argent et leur expertise pour avoir un impact positif sur la société, et 61% d’entre eux jugent cet objectif très ou extrêmement important. Les individus fortunés attendent que les sociétés de gestion de patrimoine les aident à atteindre cet objectif.

La croissance de la richesse devrait s’accélérer avec 12000 milliards de dollars US supplémentaires en 2016
Un record mondial de richesse des individus fortunés est attendu d’ici 2016 avec 64 300 milliards de dollars US, soit une croissance de 22% par rapport au niveau de 2013 et environ 12 mille milliards de dollars US de création de nouvelle richesse. Une forte croissance est prévue dans la plupart des régions, l’Asie-Pacifique en tête, avec un taux de croissance annuel attendu de 9,8%, ce qui devrait faire de cette région le plus grand marché des fortunés au monde, en nombre d’individus en 2014 et en volume de richesse en 2015.

Le Rapport 2014 sur la richesse dans le monde
Le Rapport sur la richesse dans le monde de Capgemini and RBC Gestion de patrimoine est la référence mondiale en matière de suivi des individus fortunés, de leur richesse, ainsi que des conditions économiques mondiales qui transforment le marché de la gestion du patrimoine. Cette 18e édition se fonde sur les résultats de l’une des enquêtes les plus approfondies à ce jour sur les perspectives et le comportement des individus fortunés dans le monde. Portant sur des réponses recueillies auprès de plus de 4 500 individus fortunés dans 23 pays, l’Enquête sur les perspectives des individus fortunés dans le monde explore leur niveau de confiance, leurs décisions en matière d’affectation de leurs actifs, leurs désirs d’action sociale, ainsi que leurs préférences en matière de conseils et de services de gestion de patrimoine.
Pour plus d’informations, consultez le site interactif dédié au rapport : www.worldwealthreport.com.

[1] Les individus fortunés (HNWI, high net worth individuals) désignent des individus qui possèdent au moins 1 million de dollars US d’actifs investissables, hors résidence principale, objets de collection, consommables et biens de consommation durables.