Photo : l'un des voituriers qui accueille les clients à quelques pas seulement de l'Obélisque de la Concorde. Le premier dîner de gala de l'hôtel de Crillon, transformé en palace par la Société des Grands magasins et des hôtels du Louvre et l'architecte Destailleur, fut donné le 11 mars 1909, avant d'ouvrir ses portes le lendemain aux premiers voyageurs. (© The Leading Hotels of the World - 2013)

L’hôtel de Crillon s’offre deux ans de réflexion

PARIS, 30 MARS 2013, LXRV – Emblématique de l’hospitalité de luxe depuis son ouverture en 1909, situé dans un cadre unique, la place historique de la Concorde à Paris, le Crillon, l’un des hôtels les plus célèbres de la planète, ferme ses portes dimanche 31 mars et ne rouvrira que dans deux ans après avoir subi une rénovation intérieure totale.

Le chantier de transformation est supervisé par l’architecte libanaise Aline Asmar d’Amman, qui a fait appel à trois noms de la décoration : Chahan Minassian, Tristan Auer et Cyril Vergniol. « Notre objectif est de donner corps à la vision du propriétaire de ce bijou qui souhaite à la fois le préserver et le sublimer. L’hôtel gardera son cachet 18ème siècle tout en intégrant des éléments de créativité contemporaine. Il y aura aussi des surprises » promet la directrice artistique.

D’après le journal quotidien Les Echos, le coût du chantier de rénovation est estimé à 80 millions d’euros. L’hôtel a été racheté en 2010 au groupe américain Starwood Capital par l’un des fils du roi Abdallah d’Arabie saoudite, le prince Mitab bin Abdallah, pour un montant de 250 millions d’euros. La façade érigée en 1758 par l’architecte Jacques-Ange Gabriel sur ordre de Louis XV a déjà subi un ravalement en 2011 sous la direction des Architectes des bâtiments de France. Cette même année, l’hôtel de Crillon, ainsi que le Ritz, brillait par son absence dans la liste officielle de la « distinction Palace » dévoilée par les autorités françaises chargées du Tourisme. Seuls douze établissements bénéficient aujourd’hui de cette appellation dans l’hexagone, dont cinq à Paris, tous détenus par des propriétaires étrangers : Le Bristol, le Four Seasons Hotel, George V, Le Meurice, Le Park Hyatt Paris Vendôme et le Plaza Athénée.

Pour être éligible à la « distinction Palace », un établissement candidat doit impérativement être classé cinq étoiles et répondre à un certain nombre de conditions comme le critère numéro 147 qui prévoit l’existence d’un spa, ce qui n’était pas le cas au Crillon. Piscine et spa prendront donc place dans ses sous-sols. Les suites et chambres seront également plus spacieuses, leur nombre passant de 147 à 125. Les travaux débuteront le 1er juin.

Une vente aux enchères de 3500 lots du mobilier, des éléments de décoration intérieure et d’une sélection des grands vins et spiritueux de l’hôtel, a été confiée à la maison Artcurial, Briest – Poulain – François Tajan. Nul doute que le bar réalisé à partir d’éclats de miroirs par le sculpteur César en 1982 va atteindre des sommets. Vaisselles, orfèvrerie, linges et meubles sont exposés pendant cinq jours, du 12 au 16 avril 2013 avant d’être mis en vente, du 18 au 22. Pour s’approprier un peu du mythe de cette adresse magique.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)