LXRV PHOTO TETIAROA HOTEL THE BRANDO ILE PRIVEE MARLON BRANDO LUXE TAHITI RICHARD BAILEY PACIFIC BEACHCOMBER
À vingt minutes en avion de Tahiti, l'atoll parfait et sa ceinture de corail sublime. Le site internet de la commune d'Arue, dont dépend administrativement Tetiaroa, confirme aujourd'hui que The Brando doit ouvrir « au milieu de l'année 2014 » et qu'il « ne sera accessible qu’en empruntant la compagnie privée Air Tetiaroa qui le desservira avec deux Britten Norman Islander de dernière génération. » (Photo D.R.)

L’hôtel rêvé par Marlon Brando devient enfin réalité

TETIAROA, 16 DÉCEMBRE 2013, LXRV – L’idée de ce projet hôtelier situé à 60 km de Tahiti, dans les eaux de l’archipel de la Société en Polynésie française, remonte à près de quinze ans et son inauguration a déjà été annoncée plusieurs fois. « The Brando » accueillera finalement ses premiers clients à partir du 1er juillet 2014 dans son parc ultra marin et privé de 585 hectares. Le nom rend hommage à l’acteur américain décédé en 2004, Marlon Brando, ancien propriétaire de l’atoll Tetiaroa qui sert de cadre aux trente-cinq farés luxueux et vingt-quatre villas dispersés sur Onetahi, l’un de ses treize motus (îlots) paradisiaques, tous protégés par la magnifique ceinture de corail.

C’est pendant le tournage des « Révoltés du Bounty », en 1960, que le monstre sacré d’Hollywood tombe amoureux de ce lagon merveilleux (ainsi que de sa partenaire polynésienne Tarita Teriipaia), ancien lieu vénéré qui servait aussi de retraite à l’élite de la société tahitienne. Après son acquisition en 1965, Marlon Brando partage la moitié de son temps entre son bout de terre à fleur d’eaux et sa propriété de Mulholland Drive à Beverly Hills. Au fil des ans, il crée dans son royaume de l’océan Pacifique un petit hôtel, baptisé Tatiaroa Village, ainsi qu’un centre de recherche, modeste, consacré au développement insulaire. Ce n’est qu’à la veille de l’an 2000 qu’il demande à Richard Bailey, patron américain de la chaîne hôtelière Pacific Beachcomber, de réfléchir à la création d’une infrastructure qui soit totalement en harmonie avec le sens traditionnel de l’hospitalité tahitienne mais aussi et surtout qui neutralise son empreinte carbone et préserve l’intégrité physique de l’environnement précieux de Tetiaroa, ses cocoterais, ses dizaines d’espèces botaniques endémiques, et ses motus servant de nurseries aux tortues et oiseaux marins…

Quand on commence à parler sérieusement du projet, en 2005, les promoteurs évoquent un budget de 45 millions de dollars  pour transformer le lieu selon les directives écologiques de Marlon Brando. Il propose par exemple de climatiser l’établissement grâce aux nouveaux systèmes de refroidissement par eau de mer. L’autonomie énergétique est également pratiquement assurée par l’utilisation de l’énergie solaire et d’un bio-carburant tiré de la noix de coco. Une association, « Tetiaroa Society », est spécialement créée en 2009 par Brando Enterprises, chargée de travailler sur ces questions de préservation et de développement durable.

L’investissement total dans « The Bandro » est estimé aujourd’hui à 67 millions d’euros. Un joli cadeau d’anniversaire pour l’acteur oscarisé de « Sur les quais », parrain de toute une autre génération d’acteurs hollywoodiens devenus un jour à leur tour propriétaires d’une île exotique comme Leonardo DiCaprio avec Blackadore Caye située au large du Belize ou Johnny Depp et son île déserte de Little Halls Pond Cay aux Bahamas dans les Exuma Cays.

Le 3 avril 2014, Marlon Brando aurait fêté ses 90 ans.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)