LXRV OR INRAYABLE HUBLOT MAGIC GOLD FONDERIE MANUFACTURE DE NYON
Dans sa fonderie high-tech intégrant des procédés comme le frittage des céramiques réfractaires ou la coulée des métaux sous haute pression, la manufacture suisse Hublot usine l'or le plus dur au monde. Seul le diamant peut véritablement le rayer même s'il est titré 18 carats par le Bureau du contrôle des métaux précieux. (© Hublot 2014)

Magic Gold : le secret de l’or inrayable Hublot

NYON, 19 NOVEMBRE 2014, LXRV – Dévoilé pour la première fois au mois de novembre 2011, l’or inrayable inventé par la manufacture de Nyon a d’abord été réservé à une série très limitée de montres Big Bang Ferrari présentées quelques mois plus tard à l’édition 2012 de Baselworld. Aujourd’hui, le matériau inédit est de retour sur la lunette d’un modèle doté du même mouvement chrono maison, baptisé « Hublot Big Bang Unico Magic Gold ».

LXRV PHOTOS MONTRES HUBLOT BIG BANG MAGIC GOLD FERRARI ET UNICO

La mesure de dureté de cet « or magique » est proche des 1000 Vickers. « Pour mémoire, l’or 18 carats “standard” bien conçu atteint seulement les 400 Vickers, 600 Vickers environ pour la plupart des aciers trempés » rappelle à cette occasion l’entreprise suisse. Trois années de recherche menées avec le concours de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont été nécessaires pour la mise au point. Résultat : « seul le diamant peut véritablement usiner cet alliage révolutionnaire protégé par des brevets » souligne Hublot.

Le nouvel alliage est obtenu dans la fonderie de la manufacture au terme d’un processus complexe entièrement réalisé en interne décrit comme la « fusion de l’or 24 carats, matière noble par excellence, avec les dernières connaissances high-tech ».

LXRV OR INRAYABLE HUBLOT MAGIC GOLD METALLURGIE MANUFACTURE DE NYONSelon les explications du département de métallurgie, une poudre de carbure de bore (matériel de céramique extrêmement dur, utilisé pour les blindages, ndlr) est préalablement mise en forme dans des moules s’approchant de la forme finale des pièces, telles que des boîtes de montre, bracelets, bagues, etc. Les préformes sont ensuite durcies à très haute température, créant une structure rigide et poreuse sans en modifier la forme. Après cette opération, de l’or 24K (allié à 3%) liquide en fusion est infiltré sous très haute pression de gaz inerte à température suffisamment élevée pour que le métal remplisse les pores de la céramique, réalisant la « fusion » des deux pour donner le Magic Gold. Le nouveau matériau ainsi obtenu se compose, comme tous les autres alliages 18 carats, de 750 pour mille d’or pur, tout en offrant une quasi inaltérabilité.

Le parfait exemple d’un big-bang maîtrisé et réussi se réjouit Hublot, pour qui le Magic Gold bouleverse les caractéristiques des matières précieuses, notamment le point faible traditionnel de l’or et de ses alliages qui se rayent trop facilement.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)