Un Magnum 70 pieds dans l'écume des jet-skis qui l'encerclent.
Vue aérienne datée de juin 1989 d'un Magnum 70 pieds dans l'écume des jet-skis qui l'encerclent. Ce bateau est sans doute le plus abouti lancé par le fondateur de la marque, Marchese Filippo Theodoli. Dessiné par Pininfarina, le offshore laminé kevlar était propulsé par deux Detroit Diesels de 1450 ch. Vitesse maxi : plus de 50 nœuds. Une version ultérieure dotée de nouveaux moteurs permettra d'atteindre les 60 nœuds avec le même comportement qu'un aéroglisseur. (© Magnum Marine Corp.)

Magnum Marine publie l’album de sa révolution offshore

MIAMI, 23 JUILLET 2014, LXRV – Si l’on résume les critiques parues depuis plus de quarante ans dans la presse nautique à propos des bateaux Magnum, leur définition pourrait être la suivante : des Rolls-Royce de compétition d’une fiabilité à toute épreuve et d’une puissance inoubliable, conçues pour atteindre des hautes vitesses en mer tout en garantissant une sécurité absolue. Comment ce nom est-il devenu synonyme de l’une des plus belles sagas de la plaisance à moteur ? C’est à cette question que tente de répondre le beau livre richement illustré qui paraît chez Mondadori en édition limitée à 1000 exemplaires.

Le chantier américain spécialisé dans les offshore de compétition fut fondé en 1966 à Miami par le pilote Don Aronow, vainqueur d’un championnat du monde à bord d’un 27 pieds de son invention baptisé « Maltese Magnum ». Dix ans plus tard, un Italien passionné de navigation, Marchese Filippo Theodoli, prend le contrôle de cette marque qu’il connaît très bien pour l’avoir représentée pendant sept ans en Europe. Ami du souverain d’Espagne Juan Carlos et du roi Constantin de Grèce, deux têtes couronnées avec qui il a l’habitude de larguer les amarres depuis Porto Ercole, ce publicitaire de profession a l’idée d’adapter les puissants offshore aux plans d’eau sophistiqués des belles marinas de la Riviera et des ports huppés de la Méditerranée. Avec « Ted » comme patron, les Magnum deviennent habitables, confortables et, surtout, ne nécessitent pas la présence d’un équipage, un atout pour le marché des plaisanciers fortunés qui veulent sauvegarder leur vie privée. De Monaco à Porto Cervo et Rotondo en Sardaigne, en passant par Cannes et Saint-Tropez ou encore Porto Vecchio en Corse, la jet-set adepte de luxe et de haute vitesse en mer adopte rapidement ces ofnis, propulsés à partir de 1974 par des moteurs diesels adaptés aux longues navigations et aux chocs pétroliers.

Le premier modèle 53 pieds de nouvelle génération est lancé en 1977, aménagé avec deux cabines double, suivi en 1980 par un 40 pieds. À partir de cette date, les carènes sont dotées de nouveaux systèmes de transmissions de surface inventées par Howard Arneson et d’hélices 30 pouces conçues par Phil Rolla, ce qui a pour effet d’augmenter encore la fluidité et la stabilité des bateaux annoncés par la publicité comme « des salons naviguant à plus de 40 nœuds ».

LXRV PHOTOS MARCHESE FILIPPO ET KATRIN THEODOLI MAGNUM MARINE

En septembre 1990, Marchese Filippo Theodoli succombe à un cancer. Son épouse, Katrin, est dévastée. Elle décide quand même de poursuivre l’aventure et apprend à naviguer en secret. À partir de ce tournant, elle mettra un point d’honneur à tester chacun des nouveaux modèles qui sortent du chantier, en témoignent les nombreuses photos où elle apparaît à chaque fois seule dans les cockpits. Cette signature visuelle devient emblématique de l’ère Katrin, soulignée par le contraste de sa propriétaire si féminine, aux commandes de machines si masculines avec leurs ponts interminables, leurs carènes en V profond taillées pour fendre les vagues les plus scélérates et des moteurs laissant un sillage dantesque. Avec elle, les Magnum deviennent plus grands, plus chers aussi car personnalisés jusque dans les moindres finitions, à l’image de ce modèle de 53 pieds peint en rouge Ferrari à la demande d’un jeune client allemand.

Le nouveau modèle Magnum 50 lancé en 1993 sous la supervision de sa nouvelle patronne charismatique est baptisé « Bestia », une flèche de couleur argent capable de croiser à plus de 60 nœuds, futur best-seller de la famille pendant deux décennies. Le roi d’Espagne aura la chance de le recevoir en cadeau d’anniversaire.

LXRV BATEAU OFFSHORE MAGNUM 63 PININFARINAAux Caraïbes, sur la mer Rouge, le long des côtes d’Afrique, notamment celles du Gabon, la révolution Magnum, qui confie parfois aux maisons Hermès ou Ralph Lauren la décoration de certaines unités, fait naviguer à très haute vitesse l’élite qui aime ça, du leader soviétique Léonid Brejnev au milliardaire américain Donald Trump, en passant par les grandes familles industrielles italiennes ou françaises, sans oublier les fortunes du Golfe et les personnalités du show-biz comme Lenny Kravitz ou Johnny Hallyday. Le chantier livre également des navires de patrouille aux forces de sécurité du monde entier.

LXRV PHOTO BATEAU OFFSHORE MAGNUM 51 BESTIAEn 1996, le designer et architecte naval Luiz de Basto, participe à la conception du nouveau Magnum de 44 pieds, puis à celle du 51 pieds Bestia en 2004. Il nous confie aujourd’hui : « Ces bateaux puissants ont une identité forte et du caractère. Un designer n’a pas beaucoup de marge de manœuvre concernant un open sport qui se résume à une plate-forme, un pare-brise et un poste de pilotage. Les prises d’air étaient les seuls éléments avec lesquels je pouvais jouer. Je leur ai donné un style pour renforcer l’expression de puissance et de vitesse. J’avais également proposé un hublot tout en longueur à la place des habituelles bandes décoratives peintes qui auraient permis d’apporter plus de lumière à l’intérieur. L’idée n’a pas été reprise sur le 44 pieds pour des raisons techniques, mais elle a été adoptée pour d’autres projets et est devenue largement popularisée ».

LXRV PHOTOS BATEAUX OFFSHORE MAGNUM 53 ET MAGNUM 60 FURIAEn 2001, « The Lady » supervise personnellement le design du Magnum 60 qu’elle surnomme « Furia », immédiatement identifiable avec son système inédit de double prises d’air encerclant le cockpit, avant de commander à Pininfarina l’étude d’un 80 pieds inspiré du bombardier américain B-2. Vu d’en haut, le pont laisse apparaître une lettre M moderne et stylisée. Le bateau du futur est propulsé par deux moteurs diesels Arneson de 2400 ch : un avion sur l’eau.

« Je réalise que Magnum Marine n’a jamais été un chantier comme les autres » explique aujourd’hui Katrin Theodoli, avant d’ajouter : « L’entreprise a une taille relativement modeste. Sa production est très restreinte. Et elle n’a jamais fait de publicité. Mais son nom est devenu une légende de la construction navale grâce à son âme particulière. » Au mois d’octobre, un nouveau Magnum 51 sera présenté au boat-show de Fort Lauderdale.

Luxe Revue

LXRV BEAU LIVRE BATEAUX OFFSHORE MAGNUM SPECIAL ANNIVERSAIRE

 



Commenter cet article

(requis)

(requis)