Le designer à la fin du défilé de sa marque, à New York le 14 février 2011, pendant la Mercedes-Benz Fashion Week Fall 2011. (Photo by Fernanda Calfat/Getty Images for Mercedes-Benz)

Marc Jacobs goes to Wall Street

PARIS, 03 OCTOBRE 2013, LXRV – Marc Jacobs quitte la direction artistique de Louis Vuitton qu’il occupait depuis seize ans pour se consacrer exclusivement à la marque qui porte son nom. La nouvelle, confirmée hier lors de la dernière journée de la Fashion Week parisienne, à l’issue de l’ultime défilé du designer américain pour la maison au monogramme LV, a fait perdre 2,2% à l’action LVMH. Le leader mondial du luxe est majoritairement propriétaire depuis 1997 de la marque créée à New York en 1984 par Marc Jacobs et Robert Duffy qui détiennent 4% du capital. Si le rapport annuel 2012 du groupe souligne « l’extraordinaire énergie » née de la collaboration avec Marc Jacobs, le milieu de la mode sait que Vuitton cherche depuis plusieurs mois à prendre un nouveau tournant créatif. Le nom de Nicolas Ghesquière, ancien directeur artistique pendant quinze ans de Balenciaga, griffe appartenant au groupe concurrent Kering qui détient aussi Gucci, est régulièrement cité. Le Français est réputé proche de la fille du président de LVMH, Delphine Arnault, nommée en juin directrice générale adjointe de Louis Vuitton. Le nom du nouveau directeur artistique sera sans doute annoncé fin octobre. Au mois de septembre, le designer italo-canadien de la marque américaine de prêt-à-porter Proenza Schouler, Darren Spaziani, 38 ans, également un ancien de la maison Balenciaga mais aussi de Vuitton dans les années 2000, a été recruté pour insuffler sa vision aux nouvelles collections de produits de maroquinerie.

Âgé aujourd’hui de 50 ans, Marc Jacobs a radicalement rajeuni le style de la maison et contribué à en faire une marque globale présente aussi dans le prêt-à-porter, l’une des principales sources de profit du groupe LVMH qui a dégagé un résultat net de 3,4 milliards d’euros en 2012 pour un chiffre d’affaires de 28,1 milliards d’euros. Le styliste souhaitait lui aussi prendre un nouveau tournant. Son dernier contrat de collaboration avec Louis Vuitton, qui arrive à son terme, n’avait été renégocié que pour un an. Certains journalistes spécialisés voient dans cet ancien enfant turbulent de la mode, l’un des plus doués de sa génération, un successeur potentiel de Karl Lagerfeld à la direction artistique de Chanel.

Le président du groupe LVMH, Bernard Arnault, le patron de Louis Vuitton, Michael Burke, et l’associé de Marc Jacobs, Robert Duffy, ont tous les trois confirmé que la société Marc Jacobs fera l’objet d’une introduction en bourse aux États-Unis dans les deux ou trois ans. Les revenus sont estimés aujourd’hui entre 500 millions et 1 milliard d’euros selon les sources, pour une présence dans plus de 50 pays avec un réseau de 250 boutiques. Le rapport semestriel 2013 de LVMH indique que Marc Jacobs « a procédé avec succès à la reprise en direct de ses activités en Chine. Sa ligne de sacs Classic Q continue de réaliser une belle performance. »  « Le lancement des cosmétiques Marc Jacobs viendra enrichir l’offre de marques exclusives. Sera introduit en Europe un service inédit, développé aux États-Unis pour permettre à chaque cliente de choisir pour son fond de teint, la teinte la plus adaptée à sa carnation de peau » peut-on lire aussi.

En décembre 2011, l’introduction à la bourse de New York de la marque Michael Kors avait permis de lever 944 millions de dollars. La société du designer américain éponyme avait alors été valorisée 1,2 milliard de dollars. Elle est devenue l’une des valeurs emblématiques du business de la mode à Wall Street qui l’estime aujourd’hui à plus de 15 milliards de dollars.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)