LXRV MARCHE 2014 ET 2015 DES GRANDS YACHTS DE LUXE ET SUPER YACHTS BENETTI FORMOSA
Le méga-yacht acier et aluminium de 60 m Formosa lors de son lancement au mois de décembre dernier au chantier de Livourne appartenant au groupe italien Benetti, leader mondial du secteur. (© Benetti Group 2014)

Un nombre record de très grands yachts de luxe en 2015

PARIS, 23 JANVIER 2015, LXRV – Le carnet de commandes mondial de la grande plaisance pour l’année 2015 justifie d’être confiant dans l’avenir, indique le magazine britannique Boat International en introduction de son « Guide définitif des super-yachts en construction » (2015 ShowBoats International Global Order Book). Nos confrères spécialisés ont comptabilisé 734 nouveaux yachts de luxe de plus de 24 m en chantier ou commandés, soit une seule unité de moins qu’en 2014 mais pour une longueur totale de bateaux en hausse de 374 mètres à 30,5 km, soit une moyenne de 41 m. Les projets se répartissent en 89 voiliers, 16 bateaux de sport, 42 open, 47 navires d’expédition et 540 yachts moteur.

Par pays et mètres de bateaux construits, l’Italie continue de dominer le Top 10 du marché avec 269 projets pour une longueur totale de 10,4 km, devant les Pays-Bas (76 projets, 4,2 km) et la Turquie (68 projets, 3 km).

Avec 2,2 km pour 76 projets, le Royaume-Uni détrône les États-Unis (2 km pour 56 projets), devant Taïwan (1,6 km, 53 unités), l’Allemagne (1,5 km, 17 u), la Chine (1 km, 28 u), les Émirats arabes unis (663 m, 15 u) et la Grèce (412 m, 5 u).

« Comme d’habitude, les chantiers historiques enregistrent plus de commandes et comme d’habitude nous voyons un nombre record de très, très grands yachts » peut-on lire. On compte en effet 40 projets d’une longueur supérieure à 250 pieds (76 m), soit dix de plus (+25%) que le record établi en 2014. L’année 2009, considérée comme historique avec un pic de 1.008 projets, n’avait enregistré que 24 unités dans cette catégorie. Lürssen est le leader de ce segment spécial des super-yachts : le chantier allemand a mis à l’eau en 2013 le plus grand navire privé de la planète, Azzam, d’une longueur de 180 mètres sur 20,8 mètres de large.

Les projets annoncés par les chantiers néerlandais tels que Amels, Feadship, Heesen et Oceanco, confirment la percée des Pays-Bas sur le marché des méga-yachts. Nos confrères soulignent également la dynamique du Royaume-Uni et de la Chine.

Le groupe italien Azimut / Benetti reste le chantier leader des yachts moteur en nombre de mètres (2,5 km) et de projets (66), devant ses compatriotes Sanlorenzo et Ferretti, le Britannique Sunseeker et l’Allemand Lürssen.

Le chantier italien Perini Navi est toujours le numéro 1 des constructeurs de grands voiliers avec 4 projets pour un total de 228 m.

Nos confrères soulignent aussi le dynamisme retrouvé dans le secteur du courtage qui devrait « purger le marché d’un certain nombre de yachts qui étaient à vendre depuis longtemps et ouvrir ainsi de nouveaux horizons à quelques propriétaires et futurs armateurs ».

Selon Boat International, 412 super-yachts ont été vendus en 2014 pour un montant global de 3,2 milliards d’euros et une longueur totale combinée de 14,6 km. Ce résultat est nettement supérieur à celui de 2013 (355 ventes, 2,6 Mrds € et 12,6 km), mais aussi de 2012 (270 ventes, 2,2 Mrds €, 9,6 km).

La volatilité des places financières, le ralentissement surprenant de la croissance dans les pays émergents et les résultats inégaux des économies européennes sont des facteurs qui incitent l’industrie des super-yachts à faire preuve de prudence, explique l’étude de Boat International qui voit cependant un motif d’espoir susceptible d’alimenter la croissance : l’augmentation exponentielle du nombre de nouveaux milliardaires sur la planète.

Selon le dernier rapport annuel sectoriel diffusé par la revue spécialisée « The Superyacht », la flotte mondiale de la grande plaisance a enregistré la naissance du 5.000e super-yacht en 2014.

Dans sa traditionnelle étude du marché mondial du luxe, l’institut Bain & Company estime que le secteur des yachts de luxe a globalement progressé de +2 % à 7 Mrds € en 2014. Avec une croissance estimée à +9 % pour des revenus de 19 Mrds €, le secteur des jets privés a mieux exploité la demande des marchés émergents, notamment au Brésil. Ce secteur des avions de luxe est marqué par une forte concentration de clients étatiques et gouvernementaux, moins sensibles aux tensions économiques que les investisseurs privés.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)