LXRV PHOTO AVION DASSAULT FALCON 8X 1ER VOL USINE DASSAULT BORDEAUX MERIGNAC AVIATION AFFAIRES
Le nouveau triréacteur photographié à l'usine de Bordeaux-Mérignac avant son premier décollage. Capable de parcourir 6.450 nm (11.945 km) sans escale à Mach 0,80 avec huit passagers et trois membres d’équipage à bord, le Falcon 8X fait partie du segment le plus porteur des avions d'affaires à large fuselage offrant la plus grande autonomie, la vitesse la plus élevée et le meilleur confort en cabine. (Photo : Alexandre Paringaux © Dassault Aviation 2015)

Premier vol de l’avion Dassault Falcon 8X

BORDEAUX-MÉRIGNAC, 08 FÉVRIER 2015, LXRV – Le business-jet Falcon 8X  a effectué vendredi son premier vol avec succès depuis l’usine Dassault Aviation de Bordeaux-Mérignac. Le nouveau vaisseau-amiral de la flotte d’avions d’affaires du groupe aéronautique français est « monté à 1.500 mètres d’altitude et a rentré son train, avant d’entamer des tests systèmes et des manœuvres de vérification des qualités de vol à 4.500 mètres. Il a ensuite grimpé jusqu’à 12.000 mètres et accéléré pour atteindre la vitesse de Mach 0,80. Après quoi il est redescendu à 4.500 mètres pour des manœuvres préparatoires en vue de l’atterrissage » indique le communiqué de presse diffusé le même jour.

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, estime que le programme du nouveau triréacteur à très long rayon d’action est en ligne avec le calendrier prévoyant « la certification mi-2016 et les premières livraisons au second semestre 2016 ». Selon ses déclarations, l’avion d’affaires Falcon 8X est déjà « bien accueilli par le marché » et « s’annonce comme un succès technique et commercial ».

Deux autres avions Dassault Falcon 8X, n°2 et n°3, prendront l’air dans les prochains mois pour participer au programme de développement et de certification. Environ 500 heures d’essais en vol sont prévues. Le Falcon 8X n°3 partira à Little Rock en Arkansas aux États-Unis où se trouve l’usine de finition des Falcon, pour recevoir un aménagement commercial complet et entreprendre des essais de maturation très poussés, explique le constructeur dont la branche Défense serait par ailleurs proche d’un accord avec l’Égypte pour la livraison de 24 avions de chasse Rafale, selon les informations rapportées par plusieurs médias français ce week-end.

La dernière note prévisionnelle du secteur de l’aviation d’affaires diffusée au mois d’octobre 2014 par Honeywell Aerospace estime à +4 % la croissance annuelle moyenne des dix prochaines années, soit 9.450 nouveaux jets d’affaires livrés entre 2014 et 2024 pour un montant global de 280 Mrds $. D’après les enquêtes menées auprès des principaux opérateurs, le groupe des appareils de catégorie super intermédiaire et à grande cabine mobilisera trois quarts des investissements. Le nouveau Falcon 8X fait justement partie de ce segment des avions d’affaires à large fuselage offrant la plus grande autonomie, la vitesse la plus élevée et le meilleur confort en cabine.

Selon la dernière note sectorielle du groupe canadien Bombardier Aéronautique, leader mondial du marché, cette catégorie des appareils à large fuselage est moins touchée par le ralentissement économique que celles des avions intermédiaires et légers et devrait connaître le taux de croissance le plus rapide d’ici à 2033.

« Nous prévoyons que la catégorie des avions à large fuselage générera un total de 5.250 livraisons de 2014 à 2033, soit 24 % des livraisons unitaires de tout le secteur des avions d’affaires. Ces livraisons sont évaluées à 286 Mrds $, soit 46 % des revenus globaux tirés des livraisons sur cette période » peut-on lire.

Toutes catégories confondues, Bombardier prévoit 22.000 livraisons d’appareils au cours des 20 prochaines années pour une valeur estimative totale de 617 Mrds $.

« Les livraisons d’avions aux personnes à très hauts revenus, souvent définies comme ayant une valeur nette de 50 millions $ ou plus, représentent environ le tiers de l’ensemble du marché des avions d’affaires. Beaucoup de ces avions sont livrés à des personnes ayant un statut de milliardaire » indique aussi le rapport.

En 2013, les livraisons de business jets ont généré des revenus d’un montant de 20,9 Mrds $ contre 18 Mrds $ en 2012 et 24,7 Mrds $ en 2008, le segment supérieur représentant désormais deux tiers du chiffre d’affaires, soit 16 Mrds $.

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)