Le super-yacht Perini Navi Seahawk
Sur les 169 super-yachts livrés en 2012, 24 étaient des voiliers. Ici le nouveau ketch Seahawk du chantier italien Perini Navi leader de la construction de grandes unités à voile, présenté en exclusivité mondiale au Monaco Yacht Show 2013. Le premier d'une nouvelle génération de voilier tout aluminium de 60 mètres dessiné en collaboration avec l'architecte naval néo-zélandais Ron Holland. Les aménagements intérieurs sont signés Christian Liaigre. Le chantier présentait aussi un nouveau voilier rapide de 40m, State of Grace. Fin octobre, il sera au boatshow de Fort Lauderdale avec un nouveau sloop de 56m, Salute, dont les aménagements intérieurs ont été confiés au décorateur français Rémi Tessier. (© Perini Navi Group 2013)

Premiers signes d’embellie pour l’industrie des super-yachts ?

MONACO, 30 SEPTEMBRE 2013, LXRV – Dans l’industrie de la grande plaisance, il y a un avant et un après 2008, année de la crise financière mondiale, mais aussi du record de livraisons de super-yachts : 261. Depuis, ce nombre n’a cessé de diminuer : 213 en 2009, 195 en 2010, 179 en 2011 et 169 en 2012, construits dans 21 pays, plus de la moitié en Italie (50 unités), aux Pays-Bas (20) et en Turquie (22). Mais c’est le chantier britannique Sunseeker, passé sous contrôle chinois, qui a livré cette année-là le plus grand nombre de bateaux avec 9 unités. Trois seulement sont sortis de France. Au total, les 169 bateaux mis bout à bout représentaient une longueur de sept kilomètres pour une valeur catalogue de 3,5 milliards de dollars, contre onze kilomètres en 2008 pour un montant de 5,5 milliards de dollars. Sur cette période des cinq dernières années, le nombre de chantiers est passé de 110 à 94, souligne la cinquième édition du (Super)Yachting Index diffusé par Camper & Nicholsons International en collaboration avec Superyacht Times.

L’an dernier, la planète bleue comptait 6290 de ces bateaux d’une longueur supérieure à 80 pieds (24m), contre 5000 en 2008. Environ 2000 d’entre eux étaient à vendre pour une valeur totale estimée à 16,8 milliards de dollars. Et 1014 d’entre eux étaient à louer, les trois quarts en Méditerranée, répartis entre 209 voiliers et 805 motor-yachts, un marché valorisé à 5,8 milliards de dollars si chacun d’entre eux était loué trente semaines par an. Prix moyen d’une semaine de charter : de 47000 dollars pour les 24 à 30m à 400000 dollars pour les unités de plus de 50m, soit une moyenne de 192000 dollars la semaine. Dans la réalité, la semaine s’est négociée autour de 142000 dollars en 2012.

Des chiffres qui traduisent les enjeux, souvent méconnus, notamment de la part des législateurs, de toute la filière. Avec les courtiers (brokers), les agences de ventes, de location (charter), la formation et les salaires des équipages, l’entretien des navires, les assurances, le carburant, les taxes, les montants dépensés lors des escales par les clients… le poids économique de cette industrie atteignait les 24 milliards de dollars en 2010.

La mise à l’eau en 2013 par le chantier allemand Lürssen du nouveau yacht le plus grand de la planète, Azzam, long de 180 mètres, annonce-t-elle la reprise pour le secteur ? Elle confirme d’abord le leadership mondial de ce chantier dans la construction de giga-yachts, devant les Néerlandais Oceanco ou Feadship, et aussi que les donneurs d’ordre de très grandes unités se trouvent au Moyen-Orient (ou en Russie). En revanche, depuis 2010, la courbe des nouvelles commandes est bien repartie à la hausse, estimées à 152 contrats signés en 2012, pour plus d’un tiers en Italie, sans que l’on sache précisément sur ce total le nombre exact correspondant à des investissements spéculatifs. Environ 200 ventes de bateaux ont été conclues au cours du premier semestre 2013, un score en hausse de 37% par rapport à la même période en 2012. Une note considérée comme prometteuse par la profession qui surveille le cours du dollar autant que celui du rouble ou du dirham émirati, ainsi que l’émergence des nouvelles fortunes en Asie, en Indonésie ou encore au Brésil. « L’Amérique latine, en particulier, est un nouveau marché prometteur. Ses habitants y sont plus tournés vers le soleil et le nautisme que les Chinois » concluait le rapport de Camper & Nicholsons International.

Quelques jours avant l’édition 2013 du Monaco Yacht Show, qui vient de refermer ses portes, l’association Superyacht UK représentant 70% des acteurs de la filière britannique a confirmé une augmentation de 3,9% des revenus de ses membres pour la saison 2012/2013 et un net optimisme de leur part concernant les carnets de commandes, « la première fois depuis 2008 ».

Le jour de l’inauguration du salon monégasque, le chantier néerlandais Heesen Yachts, auteur cette année du très remarqué méga-yacht de 65m « Galactica Star »,  a annoncé fièrement la vente de son premier 40m sportif, Project Galatea, qui sera mis à l’eau au mois de janvier 2014. Plus de 85 mètres carrés d’espaces extérieurs : une année placée sous le signe du soleil ?

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)