Gulfstream G650ER
Les constructeurs d'avions à très long rayon d'action, dotés de larges cabines et conçus pour les hautes vitesses, cherchent à repousser les limites au-delà de mach 0,90. Ici, le dernier né de la famille Gulfstream lancé cette année, le G650ER, appareil capable de voler pendant 13890 km à mach 0,85 ou 11853 km à mach 0,9. (© Gulfstream Aerospace 2014)

La prochaine frontière des business-jets sera celle de la vitesse

PARIS, 25 JUILLET 2014, LXRV – Dassault Aviation « prévoit de livrer en 2014 environ 70 Falcon et 11 Rafale » indique le rapport financier semestriel du groupe aéronautique français reçu ce matin par la rédaction de Luxe Revue. Les commandes d’avions neufs sont de 38 Falcon au 1er semestre 2014 contre 27 au 1er semestre 2013 pour un chiffre d’affaires en diminution de 22% entre les deux semestres s’établissant à 1,04 milliard d’euros, précise l’opérateur. Le programme Falcon enregistre par ailleurs des prises de commande en hausse de ses business-jets à 1,6 milliard d’euros sur la période des six premiers mois de l’année. Au mois de mai, Dassault Aviation a lancé son nouveau vaisseau amiral « Falcon 8X » à très long rayon d’action, de 12000 km (6450 nm), doté de la plus longue cabine passagers de sa gamme.

« Les livraisons de business-jets à long rayon d’action ont représenté 41% du chiffre d’affaires du secteur en 2013. Plus les avions d’affaires sont grands, plus le marché est prometteur » nous explique le patron éponyme du cabinet américain de consulting aérien, Rolland Vincent. Il développe : « Parmi les paramètres qui emportent la décision finale des acheteurs d’appareils à large cabine, il y a bien évidemment le prix : 87 millions de dollars pour un Airbus ACJ319 (Elegance, ndlr), 73,5 millions pour un Boeing BBJ, 62 millions pour un Bombardier Global 6000, respectivement 65 millions et 60 millions pour les Gulfstream G650 et G550. Tous ces modèles offrent des rayons d’action de 6000 à 7000 miles nautiques (11000 à 13000 kilomètres, ndlr). Leurs prix, non ajustés en fonction de l’inflation, ont subi une hausse de 30 à 40% en une décennie ».

Quelle sera la prochaine étape de l’évolution du marché des business-jets ? Rolland Vincent répond : « Clairement, tant que nous serons liés à l’attraction terrestre, il y a une limite physique à la distance que peut parcourir non-stop un avion, correspondant à la moitié de la circonférence du globe, soit environ 10800 nm (20000 km). Avec des vents portants, on peut rajouter 10%, soit une limite d’autonomie maximum théorique de l’ordre de 12000 nm (22200 km). Au-delà des considérations opérationnelles (longueur des pistes, capacité des hangars, discrétion médiatique, nombre de membres d’équipage, consommation, etc.), les opérateurs pensent que la prochaine frontière sera celle de la vitesse.

Par exemple, un appareil comme le G650 est capable de voler à mach 0,85, c’est à dire 50 à 60 nœuds plus vite que son prédécesseur G550, ce qui n’a l’air de rien mais permet quand même d’éviter d’embarquer un troisième membre d’équipage sur un vol très long tout en gagnant 90 minutes sur le trajet. Le nouveau G650 ER offre un rayon de 7500 nm (13890 km) à mach 0,85 ou 6400 nm (11853 km) à mach 0,90 pour un coût supérieur de 10% par rapport au G550. C’est ce genre de calcul qui va faire sonner aujourd’hui et demain les téléphones des courtiers et constructeurs. »

L’aviation d’affaires rêve-t-elle à nouveau qu’elle peut transporter les milliardaires et les chefs d’État à la vitesse du son ? Même si cette nouvelle classe d’appareils doit se faire au détriment de la taille des cabines ? Notre consultant aérien, qui a travaillé sur cette question pour un groupe aéronautique, confirme que l’intérêt s’est renforcé « substantiellement au fil des dix dernières années » et que « la demande pour les business-jets supersoniques (SSBJ) est désormais bien réelle aujourd’hui ». Aerion Corporation a présenté un tel projet, triréacteur, lors du dernier salon européen de l’aviation d’affaires Ebace.Verra-t-on un jour un Falcon 10X dépasser la limite du mach 1 ?

Luxe Revue



Commenter cet article

(requis)

(requis)