LXRV PHOTO SUPER YACHT ST BARTH REGATE TOURISME DE LUXE ANTILLES CARAIBES
L'équipage du super-yacht Hanuman à la manœuvre pendant l'édition 2013 de la St-Barths Bucket Regatta. Ce J Class a été construit par Royal Huisman pour le compte de Jim Clark, fondateur de Netscape, également propriétaire depuis 2004 du schooner trois mats de 295 pieds, Athena, du même chantier néerlandais. L'an dernier, l'entrepreneur américain de la Silicon Valley a mis en vente ses deux yachts d'exception, estimant Hanuman à 18 millions de dollars et Athena à 95 millions. (Photo © Carlo Borlenghi)

Yacht-clubbing aux Caraïbes

GUSTAVIA (SAINT-BARTHÉLEMY, FWI), 8 AVRIL 2013, LXRV – C’est aujourd’hui que débute la quatrième édition des « Voiles de Saint-Barth » dans les eaux de l’île antillaise française Saint-Barthélemy avec comme partenaire principal les montres Richard Mille. Le Ceo Europe de la marque, Peter Harrison, est d’ailleurs engagé dans l’épreuve en catégorie Spinnaker 1 et 2 à bord de son Jolt 2. Cette compétition nautique est aujourd’hui parmi les plus suivies du programme de régates des eaux Caraïbes qui compte entre autres la Sint-Marteen Heineken Regatta, la Rolex Swan Cup Caribbean à Virgin Gorda dans les îles vierges britanniques, l’International Rolex Regatta à Saint-Thomas dans îles vierges  américaines, l’Antigua Sailing Week suivie de l’Antigua Classic Yacht Regatta, sans oublier la New Year’s Eve Regatta organisée en fin d’année sur le plan d’eau de Saint-Barth avec les plus beaux yachts présents à ce moment.

Cette troisième édition des Voiles de Saint-Barth voit plus d’une soixantaine de bateaux inscrits, répartis en six classes, s’aligner sur la ligne de départ, parmi lesquels les traditionnels Swans, X Yachts et autres CNB, mais aussi quelques « maxi yachts » réputés : Sojana, le ketch géant de l’Anglais Peter Harrison, Med Spirit de Jean Philippe Pinatel et Idea of London, un super yacht de 78 pieds.

« La splendeur démesurée de cette classe de prestige n’est certes pas le seul attrait de cette prochaine édition ; chaque groupe recèle son lot de compétiteurs souvent issus du plus haut niveau de la voile internationale, Coupe de l’America en tête. La présence souhaitée l’an passé des spectaculaires IRC 52 en est l’illustration. L’Américain Jim Swartz, détenteur du titre sur son Vesper, est cette année le parrain des Voiles de Saint-Barth, et le meilleur avocat de l’événement auprès des armateurs et propriétaires de ces sportifs voiliers de 52 pieds » soulignent les organisateurs.

La semaine précédente, le même plan d’eau a aussi vu s’affronter trente-six très belles unités pendant la 2013 Saint-Barths Bucket Regatta, chaque yacht de luxe étant réparti selon une classe précise : Gazelles, Demoiselles, Grandes Dames et Classe J. Cette dernière catégorie a été dominée par Hanuman, voilier lancé en 2009 par le chantier Royal Huisman d’après des plans datant de 1937 du Super-J Endeavour II.

Pourquoi venir régater ici dans les Petites Antilles ? La réponse semble évidente à tous les participants venus chercher dans les eaux turquoises des grosses vagues, du vent fort et une mer très chaude. Que du plaisir, surtout quand l’eau salée du jour ce transforme en bulles de champagne jusque très tard le soir. Life is a beach!

Luxe Revue

 



Commenter cet article

(requis)

(requis)